1. Démarche du Comité des lignes directrices sur les médias sociaux en enseignement

Mandat et composition du Comité

Le Comité des lignes directrices sur les médias sociaux en enseignement (CLDMS) est un sous-comité du Comité des médias sociaux en enseignement (MSE) du Centre de pédagogie appliquée aux sciences de la santé (CPASS) de la Faculté de médecine. Sous la direction de la Dre Stéphanie Raymond-Carrier, directrice du CPASS, et avec la collaboration de M. Jean-Pierre Blondin, directeur des affaires professorales à la direction des ressources humaines de l’Université de Montréal, le CLDMS a été créé en août 2015 et a eu pour mandat de préparer et de soumettre à la direction facultaire (pour le mois d’avril 2016) des lignes directrices sur l’utilisation des médias sociaux dans la formation professionnelle des étudiants en sciences de la santé. L’importance d’établir des lignes directrices sur les médias sociaux a fait l’objet d’une des recommandations du Rapport du Comité de réflexion sur l’utilisation des médias sociaux en enseignement en 2014.

Le Comité est composé de sept membres représentant trois facultés: la Faculté de médecine, la Faculté des sciences infirmières et la Faculté de pharmacie. Un représentant du Bureau d’éthique clinique de la Faculté de médecine en est aussi membre.

  • Christian Bourdy, Professeur agrégé, Faculté de médecine
  • Isabelle Brault, Professeure adjointe, Faculté des sciences infirmières
  • Jean-François Bussières, Professeur titulaire de clinique, Faculté de pharmacie
  • Réjean Duplain, Vice-doyen au soutien académique et au Campus de l’UdeM en Mauricie, Faculté de médecine
  • Nathalie Gaucher, Professeure adjointe de clinique, Bureau de l’éthique clinique, Faculté de médecine
  • Marc-André Maheu-Cadotte, étudiant à la maîtrise, Faculté des sciences infirmières
  • Rhoda Weiss-Lambrou, CPASS, Faculté de médecine

Le Comité a entamé ses travaux le 2 septembre 2015 et a tenu cinq réunions sur une période de sept mois (de septembre 2015 à avril 2016).

Démarche du Comité : Trois étapes

Étape 1 : Une recension et une analyse rigoureuse des articles scientifiques et des publications de diverses associations professionnelles de la santé

Les présentes lignes directrices sont le fruit d’une collaboration interprofessionnelle juxtaposée à une recension et à une analyse rigoureuse des publications de diverses associations professionnelles et de chercheurs dans le domaine de la santé. Ce sont trente publications de recherche et d’associations professionnelles de la santé qui ont été analysées. Notamment, l’article de Bussières et coll.1 présente un état des lieux et la perspective pharmaceutique à propos des outils technologiques, des comportements et de l’exercice de la pharmacie en ligne. Les auteurs proposent des principes directeurs et des exemples de bonnes pratiques pharmaceutiques. Ces principes ont été à la base des discussions entre les membres du Comité LDMS et les présentes lignes directrices ont émergé de ces réflexions.

Étape 2 : Une étude des codes de déontologie des professionnels de la santé québécois

L’étude des codes de déontologie régissant la pratique des futurs professionnels de la santé de l’Université de Montréal que nous avons réalisée et l’identification des articles venant appuyer chacun des principes représentent un exercice inédit qui vient ajouter une valeur supplémentaire à ces principes. Plus spécifiquement, les professions ciblées sont celles d’audiologiste, dentiste, diététiste, ergothérapeute, infirmière, kinésiologue, médecin, optométriste, orthophoniste, pharmacien, physiothérapeute, psychologue, psychothérapeute, travailleur social et thérapeute conjugal.

Les codes de déontologie des professionnels de la santé québécois ont été analysés afin d’y repérer les principaux articles se rapportant à chacun des principes directeurs et chacune des bonnes pratiques (voir l’annexe 1).

Étape 3 : Une recension des lignes directrices et des politiques sur les médias sociaux établies dans les universités canadiennes

En définitive, afin d’avoir une vue d’ensemble des lignes directrices et des politiques sur les médias sociaux établies dans les autres universités canadiennes, trente-trois publications provenant de vingt-six universités canadiennes ont été recensées et analysées. L’annexe 2 présente un tableau-synthèse des lignes directrices établies dans les autres universités canadiennes. Quatre observations ressortent de cette analyse:

  • l’Université de la Colombie-Britannique offre sur le Web des lignes directrices distinctes pour ses étudiants et ses employés en plus de ressources en ligne pour les personnes intéressées par l’utilisation des médias sociaux;
  • l’Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse demande à ses étudiants d’avoir une bonne compréhension des lignes directrices élaborées par l’université en vue d’une utilisation responsable des TIC;
  • l’Université Brock en Ontario a établi pour sa part des lignes directrices pour l’utilisation des médias sociaux basées sur neuf grands principes, dont la transparence, la confidentialité et le respect de la vie privée;
  • l’Université McGill au Québec complète ses lignes directrices de vignettes afin de susciter la réflexion de ses étudiants à propos d’une utilisation éthique et professionnelle des médias sociaux.

Outre cette recension, il faut souligner la mise en place d’un code de bonnes pratiques pharmaceutiques en ligne proposés aux étudiants en pharmacie de la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal depuis 2013, incluant un sondage mené à l’automne 2015 visant à évaluer les perceptions et les changements de pratique des étudiants liés à la lecture de code de bonnes pratiques.  Ces travaux confirment le besoin et la pertinence de mieux informer et guider les étudiants et les enseignants.

 

 

CONTENU

Préambule
2 : Principes directeurs et bonnes pratiques
3 : Exemples de situation (vignettes)

4 : Arrêter, réfléchir, publier : Conseils pratiques
Conclusion
Références

Annexe 1. Principes directeurs et les codes de déontologie des professionnels de la santé
Annexe 2 Lignes directrices des universités canadiennes 
Annexe 3 
Ressources pour en savoir plus